Neko City

Vous pouvez incarner un humain, ou un neko. Serez vous un bon ou méchant maitre? Un neko libre ou soumis?
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mariam, esseulée.

Aller en bas 
AuteurMessage
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Mariam, esseulée.   Jeu 13 Mar - 15:59

Mariam recueillit par une animalerie se retrouve seule dans sa cage, lui laissant assez d'espace juste pour changer de position. Cependant, la jeune neko s'était repliée sur elle-même, ne mangeant et ne buvant que le strict minimum. Cela faisait déjà quelques jours qu'elle observait les barreaux de sa cage, le regard luisant, plongée dans ses pensées... Elle en tira une conclusion qui lui semblait parfaite:

*Dans une cage ou dans le monde tout n'est que le reflet de la manipulation.*


La jeune neko se mit dans la position allongée la plus confortable et qui lui permettait de voir l'extérieur. Elle se mit à imaginer un monde utopique dans lequel elle serait avec un maître, éloignés de toute manipulation extérieur, qui lui offrirait toutes les possibilités pour combler son maitre, imaginaire, de plaisir.

Néanmoins elle abandonna très vite lorsqu'elle vit que même dans le monde imaginaire la perfection n'existerai pas et la manipulation serait toujours présente. Elle décida donc de penser à quelque chose de joyeux et s'assoit dans l'attente qu'une personne veuille bien l'accepter à ses côtés.


Dernière édition par Mariam le Sam 22 Mar - 3:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Ven 14 Mar - 2:14

Akinabashi entra dans la petite animalerie. Il venait de faire un jogging et était donc en survêt et relativement en sueur. Partant de son hôtel, la route était assez longue, et il avait courut assez vite comme pressé d’arriver à cette étape de son parcours. La clochette de la porte tinta et les toutes nekos réagirent en regardant le nouvel inconnu. Celui-ci perçut les réactions diverses témoignant de l’instinct de chacune : celle-ci s’approchait de la cage ouvrant de grand yeux curieux, celle là se terrait un peu plus dans son coin, d’autre encore ronronnaient ou tremblaient par réflexe et certaines même allait jusqu’à bouger de manière féline et provocante pour attirer son attention. Aki n’était pas du genre à avoir froid aux yeux et il ne se priva de regarder ce que chacune d’elle avait à offrir. La chaleur montait en lui alors que l’effort précédent le faisait sueur un peu, et il s’épongea le front d’un revers de la manche avant de retirer sa veste et dévoilant son maillot de corps moulant. Le vendeur fit son apparition à son tour. Aki fut dégouté de voir le regard pervers de cet homme… non pas à l’encontre des nekos (encore que la réputation de ces commerçants n’était plus à faire), mais pour le pigeon qu’il comptait plumer. Aki haussa les épaules et lui coupa la chique en lui adressant la parole en premier :

- ‘jour (il ne voulait pas marquer trop de respect à ce pourvoyeur sans cœur) ce n’est pas la peine de me montrer vos meilleures affaires du moment, je vous préviens je sais ce que je cherche. Et ne vous en faites pas si vous me servez bien, je saurais être généreux.

Il laissa planer un silence pour voir l’effet de sa remarque. Manifestement le vendeur avait compris car il se contenta de baisser poliment la tête en signe de salut avant de répondre docilement :


- Comme monsieur voudra. Et que cherchez vous donc monsieur….


- Maeda… Il m’arrive d’avoir des pertes de consciences, et j’ai donc besoin d’une assistance. Je ne veux pas d’une garce sans cervelle, il me faut une petite chatte docile et prévenante qui saura s’occuper de moi si j’en ai besoin, et qui ne tentera pas de sauver dés la première occasion. Il ne faut pas non plus qu’elle soit trop fougueuse, plutôt calme au contraire pour ne pas me déranger, mais je ne veux pas une petite vierge effarouchée à seul pensée de… combler son maitre.


Il détourna le regard sur ces derniers mots, quelque peu agacé de parler de ca avec l’énergumène qui lui faisait face. Le commerçant lui répondit d’une voix affreusement vicieuse :

- Et vous la voulez comment votre petite salope soumise ? Brune ou blonde ? Ou même rousse si ca vous excite ? Avec un beau petit cul ou plutôt de grosses mamelles ?


Aki fustigeât le vendeur du regard, tant de grossièreté n’était pas pour lui plaire et s’approcha de lui pour se retrouver à deux centimètres de son visage ce qui permit à l’autre de se rendre compte de la différence de force physique les séparant. Il crispa le poing menaçant de lui faire ravaler son ton, et ses manières, mais il se retint.


- Vous pourriez avoir au moins un peu de respect pour elle, ne serait ce que parce qu’elles vous font vivre ! Je vais être franc vous me dégoutez, alors finissons en vite… Le physique m’importe peu du moment qu’elle n’est pas laide.

Sur ce il lui emboita le pas alors qu’il lui faisait signe, sans répondre, de venir observer les cages au dessus desquelles était affiché : « Douces et Dociles ». Aki passa en revue les petits corps contrits au fond de leurs cages et les regards fuyant cherchant à attirer l’un d’entre eux…


Dernière édition par Akinabashi Maeda le Ven 14 Mar - 4:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Ven 14 Mar - 3:28

Cela faisait que quelques jours que Mariam était plongée dans ses pensées qui étaient troublées par les allées et venues des clients. C’est lors d’un de ses vagabondages spirituels qu’elle fut interrompue par le tintement de la cloche de l'animalerie annonçant un client. Pensant alors que ce n'était qu'un autre client elle se dit:

*Encore un ou une de mes semblables qui va pouvoir gouter aux joies d'avoir un maître à accompagner*

Voyant la réaction des autres neko, elle se mit devant la porte de la cage juste pour voir qui était la personne qui avait déclenché autant de réactions. Cependant ne voyant que vaguement une silhouette elle se recula jusqu'au milieu de sa cage, n'osant créer de faux espoirs pour éviter la déception amer.

Contrairement à ce à quoi elle s'attendait le client approchait du groupe de cages où elle se trouvait. Elle décida donc d'aller voir qui était cette silhouette qu'elle avait vue.

Cette personne était forte élégante et sportive, comme le connotait sa tenue, une odeur masculine se dégageait de son corps. Cet homme plut à Mariam car il n’avait pas le même charisme que les clients et humains qu’elle avait pu croiser avant aujourd’hui. Elle se décida donc à s’approcher au maximum de la porte de sa cage pour pouvoir contempler cet inconnu, nourrissant intérieurement le désir d’être choisit par cet homme.

Voyant la réaction des autres neko, Mariam se demandât si elle ne ferait pas mieux de jouer un rôle pour pouvoir être choisit plus facilement par ce client, mais elle abandonna très vite cette idée revenant à la raison en voyant qu’elle faisait parti des neko les plus en avant dans leurs cages.


*S’il doit me choisir, et si je veux qu’il soit satisfait après de ce que je suis, alors il ne vaut mieux pas que je joue un rôle qui n’est pas le mien. Je veux être acceptée tel que je suis et m’améliorer avec la personne qui m’aura choisit.*

Mariam vit l’homme s’approcher de plus en plus, et au fur et à mesure que cette personne s’approchait son cœur battait de plus en plus fort, la jeune neko se dit que cela devait surement être en rapport avec son désir d’être choisit par ce client et pas par un autre comme elle en avait aperçut avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Ven 14 Mar - 8:08

Mariam vit l’homme s’approcher de plus en plus, et au fur et à mesure que cette personne s’approchait son cœur battait de plus en plus fort, la jeune neko se dit que cela devait surement être en rapport avec son désir d’être choisit par ce client et pas par un autre comme elle en avait aperçut avant.

- Alors celle là, la loi m’oblige à vous le dire, a déjà été violée mais ca ne change rien, sauf bien sur si vous préférez une vierge, mais là ce n’est pas le même prix hein…hinhin… l’autre là est vraiment bien, regardez ses mam… seins bien ronds ca donne envie non ?... hum… Ha ! Attention : les jumelles ! Héhé, pas besoin d’en dire plus… moyennant un surplus biensur… Non ? … Monsieur Maeda ? …

Alors que le marchand vantait à sa manière les produits de sa boutique, Aki se tâtait car elles ne l’emballaient pas vraiment. Il ne demandait pas un coup de foudre, il venait juste chercher une petite distraction pour quelques temps. On ne quitte pas une ville sans avoir gouté à sa spécialité et chez les Maeda ont respectait les coutumes. Il était tout occupé dans ses pensées lorsqu’il posa enfin le regard sur une petite neko, masquée par ses cheveux blond mal coupés qui semblait être captivée par lui. Ce n’était pas la seule, les autres tentaient aussi de s’attirer les faveurs du client, mais celle-ci n’était différente. Alors que celles qui ne se cachaient pas, lançaient des signes, et des miaulements alléchants à Aki, la petite blondinette se contentait de le dévorer des yeux. Elle était vraiment mal en point, vraiment pas attirante, ce qui pensa Aki n’était probablement pas un mal pour éviter de s’attirer les ‘faveurs’ du gérant. Elle n’était donc pas bête. Malgré son allure décharnée, elle avait une certaine grâce et pouvait certainement devenir plus que jolie une fois qu’elle aurait repris des forces. Aki s’attardant sur sa poitrine menue, ses hanches fines et ses jambes interminables. Il nota que bien que se trouvant dans un endroit crasseux à souhait, sa peau n’en été pas mois soyeuse et propre : elle devait faire régulièrement sa toilette. Mais finalement ce qui le perdit ce sont ses deux perles brillantes dont son visage était orné, dans lesquelles il ne sut lire exactement ce qui s’y trouvait, mais y ressentit une infini pureté. Il y avait une sincérité dans ce regard qui le troubla au plus profond… Mais alors, chose étrange entre le ronronnement des minettes, le baratin du vendeur, et la rêverie dans laquelle il était plongé en regarda la neko… il s’endormit, tout à coup, s’étalât sur le sol juste devant la cage de la neko et manquant de peu de s’y cogner la tête. Le vendeur médusé, resta immobile, hésitant entre le réveiller et lui faire les poches, mais surtout bien étonné.

- ZzzzZZzzzZZzz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Ven 14 Mar - 13:15

La jeune neko entendit le vendeur parler des autres de manière assez perverse à son goût au client qui était là tout prêt de sa cage, sans pour autant être devant. Mariam ne prêtait pas vraiment attention à ce que le vendeur disait tellement elle était captivée par cet homme. Elle l’observa un petit moment voyant qu’il regardait sans trop d’intérêt les autres neko de l’animalerie présente dans cette allée. Cependant elle ne put s’empêcher de penser que c’était surement un maître inaccessible pour elle et qu’elle ferait mieux d’abandonner tout de suite avant d’être blessée par la déception, mais elle ne pouvait plus détacher son regard de cet inconnu.

Alors qu’elle continuait à l’observer, l’inconnu dirigea son regard sur Mariam, surprise la jeune neko essayât de capter son regard pour tenter de savoir ce que cet inconnu pensait d’elle. S’essayant au jeu des regards elle comprit vite que cet homme ne devait pas être percé à jour rien qu’en le regardant, mais commencer à lui parler est impossible pour Mariam qui reste sans mots devant un tel spectacle. Se laissant examiner par le client elle ressentit une légère gêne quant à sa manière d’être coiffée, et au fait qu’elle n’ait pas assez mangé pour avoir une meilleur silhouette.


*je suis une idiote comment peut-on désirer une neko comme moi dans l’état où je suis*

Cette pensée lui traversa l’esprit lorsque son regard croisât celui du client. Essayant de penser à beaucoup de choses pour éviter de se faire trahir par ses yeux, Mariam se prit à penser que ce client était peut être le bon, celui qu’elle attendait, en quelques sortes, depuis la mort de ses parents. Alors que leurs regards étaient plongés l’un dans l’autre Mariam vit l’inconnu s’endormir d’un seul coup sans en savoir la raison. Le voyant s’étaler devant elle, la jeune neko ne put retenir un petit cri de surprise, cri qu’elle aurait dû retenir car le vendeur énervé par celui-ci s’avançait à présent devant sa cage et lui tint ces propos :

« C’est inutile de crier ! Regarde ce que tu as fait ! T’es vraiment qu’une petite garce inutile, personne ne veut de toi, et j’en suis presque sur, même ce client ne voudra pas de toi ! Alors cesse de te faire des illusions et retourne dans le fond de ta cage ! Tu devrais t’y habituer car ce sera ta seule maison ! »

Mariam bléssée par de tels propos ne put retenir deux ou trois larmes de tristesse, mais elle n’abandonna pas pour autant et profita même du fait que le vendeur lui ait parlé pour lui rétorquer :


« Monsieur le vendeur, malgré tout le respect que je vous dois, vous me paraissez être qu’un manipulateur qui profite des autres et je suis sur que vous profiteriez de la situation si vous étiez seul, mais voilà je suis là et si vous touchez à cet homme je lui dirai, car il me semble être un bon maître. »

Pour éviter les foudres du vendeur Mariam recula assez pour ne voir que le corps du client étendu là devant sa cage. Elle entendit le vendeur appeler le client pour essayer de le réveiller sans le toucher. Ne prêtant plus attention au vendeur et se fixant sur le client elle souhaitât à celui-ci de se réveiller avec toute une joie apportée par les pensées transformées en rêve. Elle attendit le réveille de cet inconnu en veillant sur lui, regrettant de ne pas pouvoir poser la tête du client sur ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Ven 14 Mar - 23:42

La maladie de Aki venait une nouvelle fois de se révéler être une vraie plaie. S’il y avait bien un endroit où il ne fallait ne pas s’endormir c’était dans la boutique de ce voleur. Mais Aki n’avait jamais pu prévoir ces instants de sommeil fulgurants, il avait bien quelques techniques, dont le vin qui avait un effet stimulant sur lui. Mais il se refusait à porter une flasque sur lui, trouvant cela trop vulgaire aux yeux des autres, et il repoussait catégoriquement toute médication. Il était l’esclave de cette tare et ne pourrait probablement jamais s’en défaire, voilà pourquoi il avait besoin d’une attention de tous les instants. D’autant qu’il y avait aussi certains effets secondaires… Mais à ce moment l’ex-sportif avait l’air des plus paisible bien que le fait d’être allongé ainsi dans une échoppe avait un coté risible, il ne s’en souciait manifestement pas dans son sommeil. Cependant le vendeur après avoir hésité, et juré sur la neko, finis par prendre un peu de courage et se décida à tenter de fouiller les poches d’Aki. Mais la petite neko ayant l’air bien bavarde il préféra s’occuper d’elle d’abord. Il prit un ton menaçant, qu’il savait efficace et imposant.

- Je pensais t’avoir apprit le silence petite garce ! Viens là trainée que je t’apprenne à me respecter !

Disant cela il défit la boucle de sa ceinture, et la retira des anneaux de son pantalon. Sa brutalité n’avait pas de bornes, si bien qu’il choisit de laisser trainer la boucle (où se trouvais déjà des marques de sang coagulé) pour la frapper en lui faisant le plus mal possible. Il fouette d’abord la cage en jurant, mais passant pardessus Aki il s’interrompit.

- Et il est vraiment blindé celui là ?!

Il fouilla la veste d’Aki et en sortit un portefeuille en cuir. Il le soupesa d’un air satisfait et constata qu’il y avait effectivement des liasses de billets, plus qu’il n’en fallait pour acheter des nekos aussi simples d’ailleurs. Mais une lueur de génie maléfique traversa son regard. Il ne toucha pas à l’argent et remit tout en place avant de reprendre sa laide besogne.

- Allez approche toi, je t’apprendre à me répondre !

Il ouvrit la cage avec son trousseau, alors que la neko se terrait le plus possible dans le fond de sa cage, mais la ceinture n’aurait aucun mal à venir la frapper. Elle le savait et en avait certainement déjà fait l’expérience d’ailleurs. Le bras lourd et grossier du vendeur se leva et la boucle fendit l’air avec force vers le petit corps fébrile et sans défenses. Mais la boucle heurta de plein fouet la main de d’Aki qui se souleva soudain sur la trajectoire. L’impact fut si violent que le métal s’enfonça dans la chaire et fit jaillir un peu de sang.

- Humfff ! Arrêtez ca ! Sale brute dégénérée !

Il tira sur la ceinture et fit perdre l’équilibre au vendeur qui dut se reculer pour ne pas tomber.

- Espèce de malade, laissez la tranquille ! Je ne sais pas ce qui me retient de …

Le poing d’Aki se crispait et il serrait les dents tout en se relevant. Il ne supportait de voir une telle atrocité, mais ne se sentait pour autant capable de réprimer le vendeur. Maltraiter les nekos était quelque chose d’assez couramment admis dans la société, et bien qu’il ne trouvait pas cela normal, Akinabashi n’avait pas l’âme d’un justicier.

- Occupez vous de vos affaires de sont mes bêtes, j’en fais ce que je veux, si ca vous dérange achetez les et sortez de ma boutique.


Le vendeur lui aussi aurait voulut faire sortir Aki de son établissement, mais il avait vu l’argent et ne pouvait se faire à l’idée de passer à coté d’un tel pactol. Pendant ce temps Aki prenait conscience des paroles du vendeur… Il se retourna et revit la neko qui avait provoqué son trouble, il se sentait coupable de penser qu’à cause de lui elle allait être mal traitée. Même si il ne comprenait pas bien pourquoi. Il la prit tant et si bien en pitié que les mots sortirent tous seuls de sa bouche :

- Je vous achètes celle là. Vous ne la toucherez pas...

Il avait dit cela d’un ton ferme et sans émotion, montrant la cage ouverte. Mais il s’accroupit alors pour voir la neko et qu’elle puisse le regarder aussi. Il lui fit le plus tendre des sourires et tendit sa main vers elle, en signe d’invitation.

- Je suis désolé de t’avoir attiré des ennuis, pour me faire pardonner je voudrais que tu viennes avec moi. Je ne serais pas trop exigeant, et tu devras prendre soin de moi parfois. Acceptes-tu de me suivre ? Tu me comprends au moins ?

Il posait un regard très doux sur elle, il espérait sincèrement qu’elle le pardonnerai. Il ne savait pas vraiment dans quoi il s’embarquait avec cet achat, mais alors qu’il la regardait le dévisager, il était de plus en plus convaincu que c’était la chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Sam 15 Mar - 1:36

Alors qu’elle attendait patiemment, le vendeur s’approcha du client, renforçant son regard pour pouvoir détailler les actes du vendeur à ce client. Le vendeur reprit alors la parole pour déblatérer des menaces que Mariam ignora, ce client devant elle était plus important que les paroles d’un vendeur véreux.

Ce n’est qu’une fois qu’elle leva un peu les yeux qu’elle vit le vendeur défaire sa boucle de ceinture. Littéralement tétanisée par la peur de cette maudite ceinture, qui devait encore comporter des traces de sang datant de l’arrivée récente d’une neko dans ce magasin, Mariam ne put bouger que par reflexes.

La boucle de la ceinture faisait un bruit insupportable, la jeune neko détestait ce bruit qui lui rappelait les plaies qu’elle avait vu lors de son arrivée. Ce n’est qu’en enjambant le client que le vendeur s’interrompit pour fouiller l’inconnu malgré la mise en garde que Mariam lui avait dit.
Mariam se rapprocha temporairement de la porte de la cage pour éviter de perdre de vue les mains du vendeur. Elle vit que le vendeur manipulait un porte feuille d’une étrange manière, sans rien toucher au contenu de celui-ci il le remit en place et repris sa tâche de punition envers Mariam.

Mariam sentant le danger revenir se terra dans le fond de sa cage, alors que le vendeur ouvrit la cage avec son trousseau de clés. Mettant ses bras et ses jambes en bouclier contre l’instrument de torture Mariam entendit la boucle fendre l’air mais ne ressentit aucun choc, surprise elle releva la tête et dégagea ses bras pour apercevoir le client devant elle. Mariam remarqua qu’un peu de sang avait coulé à cause de l’impact. Cela eu pour effet de terrifier la jeune neko qui se tourmentait pensant que le client allait avoir des problèmes à cause d’elle, cette pensée fit que la jeune neko abandonna toute idée d’être achetée. Elle se terra dans le fond de sa cage ne prêtant plus attention à ce qui se passait autour d’elle, captant de temps en temps quelques mots provenant de l’échange mouvementé entre le client et le vendeur.

Alors qu’elle reprenait peu à peu courage et confiance en elle, la neko se décida de commencer lorsqu’elle tomba nez à nez avec le client. Mariam le dévisagea pendant quelques secondes étonnée de le voir se pencher sur elle, et en même temps heureuse qu’il soit encore là. Ce qui surpris encore plus agréablement était la tendresse et la sincérité du sourire que l’inconnu lui montrait. L’inconnu lui tendit sa main, ne sachant que faire Mariam attendit un peu et écouta l’inconnu avec grande attention.

Pour la première fois depuis la mort de ses parents Mariam éprouvait une joie réelle, elle sourit à l’inconnu et posa sa mains dans la sienne tout en lui répondant :


« Je vous comprends, et j’accepte de vous suivre. Et ne vous en faites pas, je vous pardonne car les ennuis c’est moi qui les attires m’a-t-on dit un jour. »

Mariam sortit de sa cage à l’aide de l’inconnu, le vendeur la fusilla du regard regrettant surement de ne pas pouvoir passer sa colère en fouettant la jeune neko. Baissant les yeux et s’écartant la jeune neko reprit la parole :

« Ce sera un honneur que de vous servir maître, me permettez vous de vous demander votre nom ? »

Disant cela elle rougit et s’inclina respectueusement devant ce qu’elle espérait ne pas être un rêve.

[hrp] Je suis désolée de n'avoir fait que peu de création (ce post reprends trop celui d'Akinabashi Maeda) j'essayerai de mieux faire la prochaine fois...[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Sam 15 Mar - 15:54

En entendant la petite voix fluette avec laquelle elle lui répondit Aki fut bien surpris de constater qu’elle parlait très bien. Le contraste était saisissant, comment pouvait on enfermer une telle chose entre des barreaux ? Mais il se reprit, ce n’était qu’un animal domestique après tout, elles avaient étés crées pour cela, rien de plus normal à ce que certaines aient eut en plus une éducation. Aki désirait en savoir plus sur elle, et il aurait bien aimé prendre le temps de la faire parler, mais ce n’était pas le moment. Lorsqu’elle posa sa main dans la sienne, il sentit à peine le contact de sa peau, elle était si douce. Elle se releva, et malgré son apparence actuelle Aki s’en sentit fier de l’avoir à coté de lui. Il était heureux d’avoir pu l’aider, et il espérait beaucoup de leur rencontre. Il en était tout à ces pensées lorsqu’elle osa reprendre la parole sans y être invitée cette fois. Elle ne manquait pas d’audace finalement, pensa Aki. Mais lorsqu’il posa ses yeux sur elle, et la vit docile et rougissante, il comprit que ce n’était que son cœur qui parlait. Elle devait certainement éprouver une certaine reconnaissance d’être tirée de ce lieu infâme. Mais de ceci Aki, ne tira aucune gloire, un peu gêne même. Enfin il venait de trouver une neko de choix, du moins selon les siens.

- N’hésites jamais à me demander quelque chose, je suis maintenant ton maitre et je serais donc toujours à ton écoute. Je m’appel Akinabashi Maeda, tu as peut être déjà entendu parler de moi… hum, quoique probablement pas si tu es ici depuis longtemps, mais nous auront tout le temps d’apprendre à nous connaitre.

Il avait envie de poser sa main sur sa joue, pour relever son doux visage qu’il n’avait toujours pas bien cerné à cause de ses cheveux en pagaille. Mais il retint son geste avant de l’achever pensant qu’il risquait de la brusquer. Il ne savait rien d’elle, mais peut être avait elle était mal traitée, ou pire. Il devrait l’apprivoiser doucement. Il se retourna alors vers le vendeur qui manifestait de sa présence au petit couple nouvellement formé.


- Hé dites, ne parlez pas trop vite, il va falloir banquer avant.

- Oui, oui, j’ai vu son prix, ce n’est pas un problème. Vous préférez du liquide je suppose ?

Il porta la main à sa poche et ne remarqua pas qu’on avait touché à son porte feuille. Il prit discrètement une liasse de billets, masquant à la fois au vendeur qu’il lui en restait, et à sa neko pour lui épargner la vision de cette transaction… Alors qu’il tendit les billets, il changea d’avis et empêchant le vendeur de les lui ôter il appela Mariam :

- Relève la tête s’il te plait. Tu vois, tu es à moi maintenant, cet ni homme ni aucun autre n’ont de droits sur toi désormais. Et si on veut te faire du mal, je te protégerai. Tu es en sécurité.

Il lâcha enfin les billets voyant qu’elle lui obéissait.

- Je vous mets un collier et une laisse avec ca ? Ce sera offert.

- Pourquoi pas, hum… Je te laisse choisir… Si tu veux… *il fit signe à la neko d’approcher du présentoir*

[Hrp, dans ce cas je dois m'excuser pour avoir fait un post aussi long sans te laisser répondre ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Sam 15 Mar - 16:35

Mariam la tête toujours basse entendit le client lui parler, il s’appelait Akinabashi Maeda et était apparemment connu, mais Mariam ne reconnut pas ce nom et cela éveilla sa curiosité.

Elle avait envie de lui montrer sa reconnaissance pour l’avoir tirée de là mais elle pensa que reprendre encore une fois la parole sans y être invitée serait pure audace et risquerait de vexer son futur maitre. Akinabashi-sama parla avec le vendeur brièvement et prit quelque chose là où le vendeur avait replacé le portefeuille. Mariam se retint de dire que le vendeur savait le contenu de peur de se faire battre par les deux hommes.

Alors que le client tendait sa main vers le vendeur, il se ravisa et dit à la jeune neko de relever la tête, que désormais c’était son maitre et qu’il la protègerait. Mariam releva avec difficulté la tête, gênée de se trouver là et de ne pouvoir rien faire pour son maître.

Son maître lâcha quelques billets et le vendeur s’empressa de les compter en ajoutant :


"- Je vous mets un collier et une laisse avec ca ? Ce sera offert."

Son maitre lui demanda de choisir, si elle voulait, et lui fit signe d’approcher su présentoir. Ne pouvant plus se retenir Mariam grommela :

« heureusement que le collier et la laisse seront offerts, après avoir fouillé mon maitre comme vous l’avez fait. »


Voyant le vendeur se retenir de la gifler et de l’emmener pour la fouetter car elle n’était plus à lui, Mariam se ravisea baissant encore la tête et dit à son maitre :

« Désolée de ne pas vous en avoir parlé plus tot et de prendre la parole sans y avoir été invitée mais le vendeur a regardé dans votre portefeuille, je vous laisse choisir la laisse et le collier que vous voulez, vos goûts seront les miens. »

Mariam se tint légèrement en retrait et profita d’un instant pour regarder les autres neko :

*pauvres de vous devoir encore supporter ce truand qui sert de vendeur et devoir le satisfaire, gardez courage un jour viendra où vous serez libre et avec un maitre que vous pourrez servir, car notre liberté c’est servir.*

Elle se tourna vers son maitre et l’observa espérant ne pas recevoir de punition devant le vendeur, et gardant éveillé la flamme du désir de servir son maître jusqu’à ce qu’il ne veuille plus d’elle ou jusqu’à ce que l’un d’eux meurt.

[hrp : ne soyons pas désolés améliorons nous et amusons nous Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Sam 15 Mar - 21:18

Aki observait avec attention la réaction de sa nouvelle acquissions. En fait bien qu’il lut avait fallut débourser de l’argent pour l’obtenir, il avait du mal à la considérer comme une marchandise. Il la dévisageait donc pour voir si elle apprécierait son geste, si elle accepterai de se faire adopter par lui, du moins si elle voulait lui donner une chance.

Ce qu’elle est belle pensa t-il, cela se sent bien qu’elle soit aussi dépouillée, en fait elle n’en paraitrait que plus fabuleuse, si elle avait seulement un peu plus de chaire. Je vais devoir la soigner…

Elle le surprit en prenant un air bourru tout à coup. Il craignit que c’était à cause de la laisse, ne trouvait elle pas cela normal ? Une neko se doit avoir une laisse pourtant… Mais non en fait, c’était tout autre chose, elle le mettait en garde contre les agissements du vendeur. Aki fut plus satisfait de sa réaction, en tant normal elle aurait été battue par cet énergumène, et elle prenait certainement là une revanche sur bien d’autres maltraitances. C’était déjà le signe de son caractère, mais surtout cela signifiait peut être aussi qu’elle reconnaissait la protection de son maitre, qu’elle avait une relative confiance en lui déjà, et Aki en fut flatté. Il fut même touché de voir qu’elle ne jetait pas son fiel sur le vendeur, elle ne faisait qu’avertir Aki, pour le protéger à son tour. Elle inversait les rôles ! Aki sourit, et rit même un petit peu, le sujet aurait pu paraitre grave ou gênant, mais lui remerciait le sort de lui avoir mit sous le nez cette perle rare. Il voulait la remercier en lui offrant une marque d’affection alors il insistât d’un ton posé et engageant :

- N’hésites plus jamais à parler du moment que je suis avec toi, du moment que je ne te donne pas l’ordre d’être réservée auparavant bien sur. *Il porta sa main au front de la neko, et dans un geste lent et l’effleurant à peine, il dégagea une des ses mèche pour ouvrir son regard* Pour te remercier je vais te laisser choisir la laisse et le collier de ton choix. Je t’en prie regarde, et n’hésite pas à être coquette je veux te faire plaisir. *Il la fixa dans les yeux en laissant se dessiner sur ses lèvres, à sa seule attention : « merci beaucoup »*


Il se retourna ensuite vers le vendeur et son ton changea du tout au tout, ferme, brusque et intransigeant.


- Vous vous allez avoir un problème. Je ne supporte pas qu’on se joue de moi. Vous allez me faire vos excuses sur le champ où je vous assure que vote ceinture va gouter à un nouveau sang !

L’attitude du commerçant fut alors ridicule. Obscène et dominateur avec les nekos, il était également un lâche doublé d’un pleutre face aux menaces. Tremblant à demi et suant comme un porc, il répondit d’une voix faiblarde :


- Vous n’allez pas oser… Je… Vous... Pardon, c’était juste que… *déglutit* Prenez ce que vous voulez ici mais ne me frappez pas. Pitié… je vous offre une autre neko à moitié prix si vous vous voulez. Prenez et partez…

Aki, n’en demandais pas tant, mais il regretta un peu que le marchand ne l’ai pas provoqué. Il lui aurait bien fichu une raclée. Mais après cela lui aurait attiré des ennuis. Mais le bougre dans sa lâcheté n’en perdait pas son sens des affaires. Le fait est qu’il restait assez d’argent à Aki pour prendre une ou deux autre nekos. Il y avait bien pensé déjà, sachant qu’il lui faudrait une surveillance 24h/24, mais il aurait préféré attendre de s’être habitué avec la première… Pendant que Myriam faisait son choix, il plissa le front, pensif et tourna le regard vers les autres cages…

Après tout… pourquoi pas, pensait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Dim 16 Mar - 1:27

La neko fut surprise par les paroles et le geste de son maitre, à la place de la punir ou de la violenter pour sa prise de parole et pour ne pas l’avoir prévenu plus tôt, il la conforta dans ses paroles. Les gestes accompagnant les paroles de son maitres lui firent peur au départ mais elle ne bougea pas, elle fut même surprise par la douceur de ceux-ci. Insistant sur le fait qu’elle doive choisir un collier Mariam répondit :

« Très bien comme vous voulez maitre, je prendrais donc ce simple ensemble collier et laisse… »

L’ensemble qu’elle choisit était beige, presque blanc, il était en cuir léger et ne coutait pas très cher puisqu’assez banale, la jeune neko ne l’avait pas choisit par hasard, pour elle ce collier symbolisait la contrainte d’une liberté espérée, un vœu qui se réalisait. La joie qu’elle éprouvait se transforma en un sourire qu’elle adressa uniquement à son maitre. C’est pour le moment la seule manière qu’elle avait de le remercier.

Son maitre se retourna vers le vendeur, aussitôt le sourire de la neko se transforma en un visage sans expression, avait-elle choisit un collier qui déplaisait à son maître ou fait un sourire qui était de trop, elle n’en savait rien. Elle se recula et baissa la tête, toute gênée cherchant sa place, voulant se faire oublier pour éviter que les problèmes s’abattent sur son maitre.

Au ton que son maître prit, et à l’ambiance qui régnait elle comprit qu’une chose grave risquait de se passer. Si jamais son maitre devenait violent elle n’hésitera pas à en subir les conséquences voulant éviter à tout prix qu’un incident fâcheux se produise. Mais ce n’était pas à propos du collier que son maitre réagit mais à propos du vendeur que son maître était en colère, Mariam était effrayée, elle frissonna en entendant parler de ceinture et de sang. Le vendeur après les paroles de son maître avait une attitude que Mariam jugea déplorable. Le vendeur proposa à son maître une deuxième neko à moitié prix, craintif des foudres de son maître.

Mariam était admirative envers son maître, apparemment c’était un humain pas comme les autres. Il était doux et attentionné, malgré le fait qu’il s’était évanoui devant sa cage sans raison apparente il résidait une force incroyable en lui, forçant le respect chez les autres.

La jeune neko se rapprocha de son maitre et regarda la main qui avait interceptée le ceinturon du vendeur. Il restait un peu de sang encore frais et une légère plaie à l’endroit de l’impact, son maitre avait l’air plongé dans ses pensées, le front plissé. Mariam se demanda quel problème il avait pour être aussi pensif. Malgré le fait qu’elle voulait à tout prix savoir ce qui préoccupait son maître elle demanda au vendeur le nécessaire pour soigner la main d’Akinabashi. Le vendeur lui sortit une boite de pansements et un peu d’alcool.

Elle prit un pansement dans la boite et laissa le reste dans la boite sortie par le vendeur le remerciant avec regrets. Elle prit la main de son maître et lui lécha le peu de sang restant avant de lui poser un pansement sur la petite plaie, elle espérait ne pas avoir fait une chose déplacée et s’agenouilla près de son maitre. Repensant aux dernières paroles du marchand elle s’adressa à son maître avec le plus grand respect dont elle pouvait faire preuve.


« Maitre si le cœur vous en dit vous pouvez prendre une deuxième neko, bien que l’on ne se connaisse que peu si votre désir est d’avoir une de mes semblables en plus de moi pour s’occuper de vous je ne m’en plaindrais pas. Puis cela nous permettrait de faire connaissance tous ensembles et de sauver une personne de plus des griffes de ce mécréant. Ceci dit veuillez pardonner mon audace pour avoir agit sans vos ordres, je veillerai à ce que cela ne se reproduise plus, mais je voulais à tout prix faire quelque chose pour vous et c’est la seule chose que je puisse faire ici et maintenant. »

La jeune neko baissa la tête et ses oreilles, se blâmant de ses actes irréfléchis. Elle ne voulait pas décevoir son maître. Elle attendit sagement la décision de son maitre dans un sentiment de gêne et de joie mêlés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akinabashi Maeda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 31
Maitre de : Mariam & Saïla (sous peu !)
Amour : affaire à suivre...
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Dim 16 Mar - 6:25

Aki fut ravit de voir sa protégée paraître comblée par l’achat de sa laisse et de son collier. Il pu décrypter dans son attitude ce qu’il avait espérait : elle prenait conscience de sa liberté retrouvée. Ce lien qui les unirait marquerai aussi sa soumission envers son maitre, comme il se devait. Maintenant il serait donc deux… quoique… Il se perdit dans ses pensées à propos de l’achat d’une autre neko. Ce ne serait pas un mal de faire sortir une autre pauvrette de cet endroit lugubre, mais en avait il vraiment besoin ? Avoir deux assistantes serait évidement une sécurité, mais c’était un peu trop probablement… En avait-il envie alors ? Là c’était autre chose… il sourit. Son esprit divagua un peu avant d’être rappelé à la réalité par une vive douleur à la main. C’était tout à fait supportable si bien qu’il ne broncha pas, mais il regarda d’un air attendrit sa neko qui lui léchait la main pour ôter le sang qu’il avait. Disciplinée, mais courageuse, attentionnée et efficace, elle avait tout de la parfaite domestique. Il était de plus en plus heureux de l’avoir trouvée, mais lorsqu’elle parla, il fut une nouvelle fois troublé. Elle exprimait des sentiments si nobles et si purs. Ou pouvait-elle avoir acquis une telle intégrité ? Au fur et à mesure qu’elle se découvrait à lui, il avait de plus en plus de questions à lui poser et il commençait à s’impatienter de pouvoir lui parler en privé. Alors qu’elle se tenait à genoux à son coté, il lui sourit tendrement à nouveau et posa délicatement sa main sur sa tête. Il fit jouer ses doigts dans ses cheveux, la caressant affectueusement. Il s’adressa à elle sur un ton très doux :

-J’apprécie que tu suives mes conseils, merci de m’avoir parlé franchement… et pour ca. *du regard il indiqua sa main pansée* Et ton audace est louable et attirante, ne perd pas cette qualité. Ho, et bien sur, tu n’as pas besoin d’attendre mes ordres : juste d’y obéir. Nous parlerons des quelques règles nous concernant lorsque je t’aurais fait découvrir où nous allons vivre un moment. Mais, je suis bien d’accord avec toi, si nous pouvons aider une autre neko, autant le faire. Sinon nous le regretterions plus tard. *Il insistait discrètement sur les ‘nous’*


Sans ôter sa main de la petite caboche et ignorant sciemment le vendeur il regarda les autres cages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Mer 19 Mar - 2:55

Mariam eut des larmes de joie en entendant les paroles douces et agréables de son maitre, elle sourit sous les caresses de celui-ci. Elle aimait entendre son maitre lui parler sur ce ton, et alors qu’il eut finit de lui parler Mariam réfrénât une envie soudaine de l’embrasser. Elle pris son collier et le mis. Voyant son maitre bouger un peu elle le suivit du regard, perdue dans ses pensées amoureuses, elle se dit :

*est-ce vraiment de l’amour, ou est-ce seulement une reconnaissance infinie ? Remarque les deux s’accordent parfaitement*

Mariam rejoignit son maitre et se posta à ses côtés, regardant ses semblables, espérant qu’une d’entre elles sera choisit. Elle se retourna un peu, pour voir son maitre se demandant à quoi il pensait. Elle désirait ardemment sortir une autre neko de cet enfer.
(suite)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariam

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Neko de : personne >_
Maitre de : ses oreilles...
Amour : does this thing exist, or is it just an illusion?
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   Sam 22 Mar - 2:44

Mariam vit son maître partir sans un mot, elle tenta de le suivre mais s'évanouit aussitôt la porte passée...Elle se réveilla enfermée dans sa cage le vendeur pas très loin d'elle.

Ouvrant sa cage le vendeur l'emmena dans une pièce sombre où elle dût subir une punition composée de viols, et de tortures suite à son comportement devant son maitre.

De retour dans sa cage Mariam se mit à pleurer pendant quelques jours avant de prendre un air triste, ne prenant plus attention aux autres clients.

Cependant elle attendait toujours qu'un autre maitre l'achète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariam, esseulée.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariam, esseulée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les âmes esseulées
» EKANE ELOMBO - L'esseulée
» L'esseulée
» [Juliet, Charles] Lambeaux
» Pissenlit esseulé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko City :: Neko-City la ville :: L'animalerie :: Adoption fini/Abbandonée-
Sauter vers: